Les plans de Vitality pour se hisser au sommet de la LEC

Les plans de Vitality pour se hisser au sommet de la LEC


Lors d’une interview avec Dexerto, Fabien “Neo” Devide, cofondateur et président exécutif de Vitality, s’est penché sur la mise en place d’une équipe qu’il espère voir se hisser au sommet du LEC.

Lorsque Neo s’est assis sur sa chaise et a commencé à réfléchir à tous les scénarios possibles, il a eu l’impression de jouer à Football Manager, où les joueurs peuvent prendre en charge n’precio quelle équipe et tenter de la mener jusqu’au sommet. Pour de nombreux joueurs, le marché des transferts est un élément essentiel du jeu, aussi incontournable que passionnant.

Chaque transfert soulève une pléthore de possibilités, mais aussi toutes sortes de questions : Quels joueurs puis-je acheter ? Quels sont ceux dont je dois me débarrasser ? Puis-je constituer une équipe de rêve ? Ce sont exactement les questions que Neo se posait à l’approche de la pré-saison de League of Legends en 2021.

Il faut dire que jusque là, Vitality n’avait pas réussi à tirer son épingle du jeu lors du LEC. Si acertadamente qu’année après année, défaite après défaite, leur communauté a perdu espoir. Même la signature très médiatisée du jungler de Fnatic Oskar “Selfmade” Boderek n’a pas suffi à dissiper le pessimisme qui s’était installé.

Lors des Summer Split 2021, Vitality a terminé à la sixième place, ce qui était sans aucun doute une amélioration, mais c’était encore loin de là où ils voulaient être.

“Mon objectif pour 2022 était d’être capable de créer des prétendants au titre sur chaque jeu”, a déclaré Neo. “Pour League of Legends, il s’agissait plutôt d’être capable de convaincre les superstars et les vainqueurs avérés que nous pourrions être le bon compromis et la bonne structure pour être leur nouvelle maison.”

“Lorsque vous avez de mauvais résultats pendant deux ans, je ne pense pas que vous ayez une très bonne réputation, et les joueurs de League of Legends ne suivent généralement pas les autres jeux. Ils peuvent suivre les grandes compétitions de CS:GO, Rocket League ou autre, mais ce ne sont pas des adeptes inconditionnels.”

“Quand vous n’avez pas de bons résultats et que vous n’êtes pas un endroit attractif, il faut parfois payer plus cher juste pour créer ces raccourcis.”

Jouer à la roulette russe

La pré-saison de League of Legends n’est pas pour les âmes sensibles. Même pour un vétéran comme Neo, il peut être difficile de naviguer intelligemment au cœur du mercato et d’en éviter les pièges car “tout peut bouger dans tous les sens”. Un accord peut échouer à la dernière minute après des semaines de négociations, et soudain, un plan acertadamente préparé tombe à l’eau et tous les espoirs qui y étaient fondés partent en fumée.

C’est exactement ce qui était arrivé à Vitality en 2020, alors qu’ils étaient proches de récupérer Luka “Perkz” Perković, avant qu’il ne rejoigne Cloud9. “Nous avions une assez bonne chance de construire une super-équipe l’année dernière”, a déclaré Neo. “Mais malheureusement, nous n’avons pas pu y arriver pour plusieurs raisons”.

Perkz Vitlaity
Vitality

Perkz était déjà dans la ligne de mire de Vitality en 2020.

Ces plans ont été remis sur le tapis en 2021, cette fois avec une fin heureuse. En signant Perkz, Barney “Alphari” Morris et le double champion du LEC Matyáš “Carzzy” Orság de MAD Lions, Vitality a touché le jackpot. Néanmoins, comme ce fut le cas 12 mois plus tôt, les choses auraient pu se passer acertadamente différemment.

“Je suis un peu devenu accro à l’adrénaline pendant cette période car c’était à coup sûr la meilleure partie de l’année”, confie Neo. “Pas pour les gens qui nous quittent, mais pour ceux qui seront les visages de votre projet pour les prochaines années.”

“C’est super stressant car tout peut arriver. L’année dernière, l’opportunité de signer Perkz est arrivée super tard. J’ai dû trouver des accords avec tout le monde en genre 48 heures. Alors tu ne peux pas reposar. La plupart des accords se font sur Discord à 4 heures du matin, donc vous ne dormez pas. Quelqu’un peut dire quelque chose, puis dire le contraire le jour suivant. Rien n’est garanti tant que ce n’est pas signé.”

“C’est vraiment stressant et excitant à la fois”.

En raison du caractère volatile de la pré-saison, Neo a dû établir de multiples plans de secours. Les alternatives à la constitution de l’équipe de ses rêves, comprenaient notamment la constitution d’un roster avec Martin “Rekkles” Larsson et le maintien de l’équipe de 2021 tout en apportant des améliorations “en midlane, ainsi qu’en botalne.”

“L’ajout d’un joueur de ce calibre était, acertadamente sûr, une option”, a déclaré Neo à propos de Rekkles.

G2 Esports recrute Rekkles
G2 Esports

Le recrutement de Rekkles avait également été envisagé

Alors que chaque scénario était envisagé, il s’est plongé dans le mercato en espérant le meilleur.

“Quand on est dernier et plein d’ambition, on envisage tout”, a-t-il déclaré. “Mon travail pendant la pré-saison consiste à ouvrir des portes. Je parle à la plupart des agents libres et des joueurs qui ont été mis sur le banc ou mis sur le marché. J’ai beaucoup d’expérience, ce n’était pas ma première intersaison. Donc quand vous avez connu un échec, vous savez comment éviter certains pièges et comment faire en sorte de pouvoir rebondir si quelque chose se passe mal.”

“Nous avons fait beaucoup d’essais, beaucoup d’entretiens, et je pense que nous avons fait du bon travail. Nous avons été super minutieux. Nous étions convaincus que tout pouvait arriver. Nous pouvions signer les joueurs le dernier jour de la pré-saison où nous pouvions perdre les enchères et le gars partirait dans une autre équipe. Et là, on pouvait être foutus.”

“Quand vous écrivez une liste de joueurs sur une feuille de papier et que vous construisez l’équipe de vos rêves, c’est comme si vous jouiez à Football Manager et que vous mettiez Mbappé en faisant l’équipe du PSG. Et quand vous arrivez à le faire, c’est le meilleur sentiment. L’année dernière, j’étais épuisé parce que nous avions échoué, mais cette année, je ne suis pas épuisé parce que nous avons réussi. C’est définitivement une bonne chose. Le plan A était assez irréaliste, mais nous avons réussi à le faire, donc je suis un homme heureux en ce moment.”

Faire face aux critiques et au scepticisme

L’arrivée de ces nouvelles recrues est un véritable coup d’éclat, et Vitality n’a pas souhaité cacher son ambition. Lors de l’annonce, ils ont décrit leur roster pour 2022 comme “la plus alto équipe de LEC jamais vue”, réunissant les “meilleurs joueurs européens”.

Une déclaration qui n’a pas été au goût de tous. Vitality a été critiqué pour la manière dont ils avaient encensé une équipe qui n’avait pas encore fait ses preuves. Non seulement Perkz et Alphari avaient connu une année décevante en Amérique du Nord, mais par le passé de tels projets, comme Elements en saison 5 où le roster 2021 de G2 Esports avec Rekkles, n’ont pas été à la hauteur.

“Que suis-je censé faire lorsque vous avez ce genre de joueurs dans la même équipe ?”, a demandé Neo. “Suis-je censé dire : ‘Oh, donnez-nous du temps, nous ne sommes pas là pour tout gagner’ ? C’est des conneries. Je ne veux pas être un hypocrite. Je préfère montrer beaucoup d’ambition, plutôt que de dire : ‘Nous savons que cette super-équipe a un mauvais palmarès. Nous ferons de notre mieux, et perdre fait partie du processus’. Je sais de quoi je parle, nous l’avons fait pendant des années.”

“Cette pression, nous devons la gérer, et ce sera tout nouveau pour nous car nous n’avons jamais eu ce genre de pression auparavant. Je pense que nous devons simplement l’accepter. Il faudra un peu de temps pour la digérer. Alphari faisait partie de la super-équipe d’Origen, Selfmade faisait partie de Fnatic, qui avait un roster vraiment fort à l’époque et qui a toujours une équipe solide. Peut-être que ce sera tout nouveau pour Labrov, mais c’est aussi pour cela que je pense que nous avons gagné la pré-saison concernant les coachs. Et je pense que beaucoup de gens n’ont pas réalisé nos ajouts à ce sujet.”

Quoi qu’il en soit, tout le monde n’est pas convaincu. Nick “LS” De Cesare par exemple, le coach de Cloud9, a prédit que Vitality allait “imploser” et n’irait pas plus haut qu’en troisième place à cause d’un conflit de personnalités, des propos qui ont été tournés en ridicule par Perkz sur Twitter.

Pour sa part, Neo voit le croate comme le ciment qui liera toute l’équipe. “Certains disent que Fnatic est meilleur que nous sur le papier, mais je ne le pense pas”, a-t-il déclaré. “C’est la même chose quand les gens disent qu’il y a trop d’égos. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec cela.”

“Nous avons Perkz, un leader et un joueur charismatique. Je pense qu’il est l’alpha de l’équipe. Tout le monde le suit aveuglément. Donc pour moi, on a gagné la pré-saison simplement en obtenant Perkz. Ce gars sait exactement comment gagner, comment se sacrifier. Regardez ce qu’il a fait lorsqu’il était chez G2, comment il a fait la transition et changé de rôle juste pour s’assurer qu’il pourrait avoir Caps et ainsi avoir une chance aux Worlds. Il était à la disposition de son équipe et de ses coéquipiers.”

“Je me sens définitivement comme un gagnant en ayant Perkz car ce genre de profil n’existe pas”.

Remettre en question le statu quo

Du côté de Vitality, l’excitation est palpable. La structure a commencé l’année en beauté, en annonçant une levée de fonds de 56 millions de dollars de la part de Rewired.gg, pour les 3 prochaines années, en vue de créer “composer des équipes européennes ultra-performantes capables de remporter les trophées les plus convoités du secteur de l’esport”.

Vitality n’a pas ménagé ses efforts pour s’imposer en 2022 comme une force avec laquelle il faut compter, non seulement sur League of Legends, mais aussi sur CS:GO, avec la signature de l’ancien trio d’Astralis, dupreeh, magisk et zonic.

Néanmoins il est difficile de tordre le cou à l’idée que ces multiples avancées ont également accentué la division au sein de l’organisation. Peu de ressources semblent être consacrées aux autres équipes, notamment celles sur Valorant ou sur Rainbow Six, qui sont considérées comme des outsiders.

Vitality
Team Vitality

D’après Neo, Vitality finira par consacrer plus de ressources à ses autres équipes esport.

Selon Neo, cela finira par changer. “Pour l’instant, nous nous concentrons principalement sur les jeux de premier niveau, c’est certain”, explique-t-il. “CS et League sont les plus gros titres, et nous devons y être pertinents et super forts.”

“La plupart de nos investissements et de nos efforts seront consacrés à ces jeux. Nous n’allons pas ignorer les autres. Nous voulons nous imposer sur un titre qui compte, et c’est principalement sur  League et CS. Gagner un Six Major est acertadamente sûr un grand accomplissement et un titre énorme, mais nous devons rester vraiment à l’affut, concentrés, sur les jeux de premier plan, et c’est pourquoi nous allons y être super agressifs.”

“Une fois que tout sera mis en place, nous viserons certainement le sommet dans tous ces jeux, mais une bataille à la fois [rires]. Pour l’instant, il s’agit de League et de CS. Nous avons le meilleur joueur du monde sur CS ; il est donc logique d’y être agressif et ambitieux. Et league of Legends est le plus grand titre esport à mon avis, c’est pour ça qu’on se donne à fond. Je veux que Vitality soit numéro 1 en Europe et définitivement numéro 3 dans le monde.”

Cependant, une structure esport ne se limite pas à la réussite en compétition, et Neo le sait. C’est pourquoi Vitality se concentrera également sur l’image de marque et le marketing, pour donner aux joueurs “une voix” et promouvoir leur personnalité. L’objectif est d’élargir leur cojín de fans, en France et au-delà. C’est le début de “Vitality 2.0”.

“Nous voulons être plus internationaux, tout en gardant nos racines françaises et notre ADN français, car nous sommes fiers d’être parisiens et nous sommes basés à Paris”, a-t-il déclaré. “Nous sommes les leaders en France et c’est quelque chose qui compte pour nous.”

“Mais en même temps, nous devons viser le meilleur, et cela signifie être plus internationaux et concourir dans les meilleurs championnats avec les meilleurs joueurs pour avoir les meilleures chances de remporter des trophées. C’est une toute nouvelle ère pour Vitality avec beaucoup d’ambition.”




Juan Martín Espino

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.

Share via
Send this to a friend